Pendantif néolithiqueEn outre, nous savons, par des objets retrouvés in situ, que le terrain fut aussi occupé au néolithique comme en témoigne ce poids de pêcheur préhistorique (néolithique) retrouvé récemment.

Enfin, les traces d’une occupation à l’époque gallo-romaine (pour être tout à fait précis entre le 1er et le 2ème siècle après JC) ne sont plus un secret… les sigillés de type « Graufesenque » retrouvés sur place, ainsi que les bijoux, clous de charpentier ou tout simplement pierres taillées, chapiteaux ou bases de colonnes témoignent de la présence d’une très importante villa agricole qui correspond d’ailleurs avec la proximité du regard du canal de Traconnade.

Il me paraissait important de revenir dessus ainsi que sur les avis scientifiques qui ont été sollicités durant tout l’été :

  • Pour la villa romaine :
    • Madame Nuria Nin Conservateur en Chef du Patrimoine Directeur de la Mission Archéologique d’Aix en Provence
    • Monsieur Christian Goudineau, professeur au collège de France, titulaire de la chaire des Antiquités nationales
  • Pour le fonds Chabaud :
    • Monsieur Mathias Auclair, conservateur et responsable de la conservation à la Bibliothèque Musée de l’Opéra de Paris
    • Madame Brigitte Lam, Conservateur Direction des Musées et du patrimoine culturel
    • Madame Agnès Barruol, Conservateur des antiquités et objets d’art
    • Monsieur Marc Bayard, Chargé de mission pour l’histoire de l’art à l’Académie de France à Rome

Concernant la villa romaine, les poteries et plus particulièrement les modèle de type Graufesenque, les sujets sont multiples et variés (personnages, animaux, oiseaux, lièvre, modèles végétaux) qui illustrent la richesse de la villa concernée. Nous n’avons pas affaire à une ruine quelconque mais à un site d’exception dont nous n’avons pas à avoir honte et qui mérite à lui seul une réhabilitation (réhabilitation qui hélas nécessiterait un investissement par exemple concernant l’utilisation d’un magnétomètre qui permettrait de délimiter précisément le terrain concerné par les fouilles qui pour l’heure se limitent, avec l’autorisation des propriétaires à des fouilles de surface).

Je vous livre ici quelques photographies représentatives. ↓

(pâte rouge vif) »>Poterie gallo-romaine fonds Chabaud|Poterie gallo-romaine fonds Chabaud|Poterie gallo-romaine fonds Chabaud

La qualité des figures augure bien de la richesse de la villa. Toutefois ce n’est pas le seul critère qu’il faut retenir. La présence de poteries d’Afrique du Nord, de poteries pompéiennes, gauloises, bref… de poteries issues de l’ensemble du monde romain est aussi un critère intéressant.

Il faut aussi noter la présence de poteries plus importantes telles que des doliums ou bien des pièces ouvragées qui ont résisté à des labourages successifs telles que celles que je vous livre ci-après ↓

||

Outre les poteries, on retrouve aussi de très nombreux éléments qui attestent de la présence d’une villa agricole (meules plus ou moins bien conservées ou meules en basalte), éléments d’architecture en marbre rose… ou bien encore des clous de charpente et des ornements de portes. ↓ ↓ ↓

|

Enfin, l’intérêt archéologique d’un site se mesure aussi à son ornementation ; aux éléments de la vie courante qu’il est possible de retrouver dessus.
Sur Venelles… aucune déception à avoir : outre de nombreux fragments de murs, de supports de colonnes, on retrouve aussi des fragments de mosaïques :

ainsi que des bijoux (la plupart en argent) ou ornements de costumes :

|

Tout ceci sans oublier les nombreuses pièces de monnaies antiques qui attestent d’intenses échanges commerciaux.

Jean-Marc HÉRY

Confirmation

La présence d’une villa romaine semble confirmée par une découverte récente, deux fragments de dolium de grande taille. Jusqu’alors, en raison des nombreux labours, seuls avaient été trouvés des morceaux trop petits pour être significatifs.

Ostia Antica | Fragment de dolium trouvé à Venelles