Rien qu’une heure, un des plus courts, il est vrai qu’il y avait peu de délibérations au programme. D’ailleurs ce programme je l’ai cherché sur le site de la mairie… sans le trouver. Pour faire simple, deux sujets importants, essentiels pour la ville, qui ne pouvaient attendre septembre, donner un nom au parc des sports et au boulodrome…

Les sujets me semblaient secondaires quand j’ai entendu le maire demander que, pour une fois, les débats soient sereins ! Étonnant, cela aurait été de l’inédit, du jamais vu depuis quatre mois que j’assiste aux conseils… mais il a été vite déçu, sans atteindre les sommets habituels, le débat a été vif et surtout a donné lieu à une lutte subtile, l’opposition et une partie de la majorité s’alliant pour mettre en porte-à-faux le maire et son adjoint à l’urbanisme !

Les commentaires du Papet
Le point de vue de Félix
Expéditif conseil municipal (La Provence)

Une pétition, 25 familles venelloises, des plus anciennes (!) demandaient que le nom de Maurice Daugé, ancien maire, soit donné au parc des sports. Prenant la parole en premier, M. Granier rappelait que la commission urbanisme avait étudié la question et l’avait rejetée à l’unanimité, qu’en conséquence, il demandait le retrait de la délibération. M. Morbelli et l’opposition n’adhéraient pas à l’idée de baptiser le parc des sports et rappelaient que le projet avait démarré avant M. Daugé et continué après lui, que les véritables chevilles ouvrières de la construction s’appelaient Bernard Batal et un monsieur dont je n’ai pas saisi le nom, que les venellois l’appelleraient toujours parc des sports, etc. Monsieur le maire tergiversait, ne voulait pas retirer la délibération, l’opposition non plus et aussi le clan Chardon/Quaranta. Quelques minutes de flottement, le maire essayait de reprendre la main en donnant la parole à un couple se trouvant parmi les spectateurs au fond de la salle et qui était à l’origine de la pétition. Celui-ci, très digne, refusait de débattre. S’ensuivait une période de flottement pendant laquelle le maire proposait un vote, le retirait, ne comptait pas les voix, les élus ne levaient pas la main, certains se regardaient pour savoir quoi faire, la levait à contretemps, la baissait… si bien qu’en fin de compte, je ne sais pas vraiment ce qui a été adopté, décidé ou refusé… Le même débat recommençait pour le boulodrome mais cette fois, instruit par l’expérience l’opposition était plus vigilante et le refus voté.

Que retenir de cette soirée ?

  • d’abord le faible nombre des venellois présents dans la salle en dehors des élus, du personnel municipal et des correspondants de La Provence, il ne restait que 6 personnes dont le couple à l’origine de la pétition.
  • que la majorité ne présente plus un front uni, M. Granier semblant prendre quelques distances avec le maire mais surtout qu’un clan apparaît de plus en plus indépendant autour de Robert Chardon.
  • que si monsieur le maire croyait pouvoir se rassurer avant les vacances sur l’état de sa majorité, hier soir il devait être déçu !