Merci aux représentants des usagers au conseil d’orientation qui ont convaincu le maire et la REVE de tenir cette réunion. Bien organisée, un journaliste faisait le lien entre le public et les intervenants dans le but de permettre les questions… et d’éviter les dérapages… ce qu’il a plus ou moins réussi, la tâche n’étant pas si facile !

Réunion intéressante certes mais qui ne nous a rien appris. Les habitués des sites Internet venellois, plus particulièrement ceux qui visitent INFEAU, savaient déjà tout ce qui a été dit hier soir ; si en plus, ils fréquentent les conseils municipaux, ils connaissaient aussi le point de vue de l’opposition. Les questions du public n’ont rien apporté étant le plus souvent des redites de sujets déjà exposés, expliqués et les réponses ne furent que la répétition des allocutions du début.

Globalement le climat était relativement détendu, le maire et son adjoint ne tombant pas dans la polémique et restant sereins même lorsque leurs interlocuteurs élevaient le ton. J’avais déjà remarqué, lors du conseil de rentrée, ce changement d’attitude… pourvu que ça dure !

Sans faire un compte rendu détaillé… la présentation et l’ambiance :

  • L’introduction du maire a porté essentiellement sur l’historique de la création de la REVE et sans rien oublier il aurait pu faire plus court. Il a rappelé être à l’origine de la mise en place des représentants des usagers au conseil d’orientation. L’observation vaut aussi pour la présentation de Robert Chardon qui nous a rappelé quelques chiffres sans grand intérêt.
  • La présentation de Jacques Révy, et de ses collègues, pour les représentants des usagers a été saluée par des applaudissements, reconnaissance du travail accompli dans des conditions pas toujours faciles. Il est clair que sans eux nous ne saurions pas grand chose de la REVE. Ils ont fait un réel travail d’information de la population mais ils ont été aussi une force de suggestion, de proposition, d’opposition même qui a certainement profité à tous, élus, dirigeants de la REVE et bien sûr, usagers. J. R. a rappelé qu’ils étaient indépendants et apolitiques. Ce dernier point peut prêter à discussion car il est clair, qu’actuellement à Venelles, un peu plus d’un an avant les élections, tout est politique. Par exemple l’annonce de la mise en conformité des statuts de la REVE, avec un conseil d’administration, un directeur élu…

Les questions du public… et des élus :

  • Les premières interventions sont celles de Serge Briançon et de Pierre Morbelli, quatre questions pour l’un, une seule pour l’autre mais précédée de longues considérations, observations qui n’avaient pas leur place dans une réunion, essentiellement destinée au public. Ces interventions n’ont en rien servi leurs auteurs et ont plutôt fait le jeu du maire et de son adjoint aux finances qui attendaient tranquillement en souriant… la question de M. Morbelli donnant d’ailleurs à Robert Chardon l’occasion de faire de l’esprit en expliquant par un exemple, la différence entre l’affermage avec délégation, le cas du contrat avec la Saur, et les nouvelles dispositions prises, une seule société ayant la charge totale des affaires eau et assainissement mais avec un contrat limité, 3 années seulement.
  • Le maître mot dans la bouche du maire est humilité ; nous avons dû l’entendre au moins une douzaine de fois.
  • En réponse à Mme Coursol qui disait que l’eau mais aussi l’énergie étaient des biens publics d’une telle importance que leur gestion devait être aussi publique, Jean-Pierre Saez répondait… « Vous l’avez rêvé, nous l’avons réalisé. »

Bien entendu ce compte rendu (?) n’avait pour but que de donner une idée de l’ambiance, pour les détails, il sera bon de consulter les autres sites venellois, plus particulièrement, INFEAU, le site des représentants des usager au conseil d’orientation de la REVE.