Chasseur de requins et requin lui-même !

Nous croyions avoir un maire et nous découvrons un chasseur de requins ! Il ne s’agit là que d’un des derniers bons mots (!) de notre cher maire, Jean-Pierre Saez, mardi soir lors du conseil municipal. Vous faire un compte rendu exhaustif de cette séance me semble inutile, d’autres le font mieux que moi, je vais seulement essayer de vous donner un aperçu de l’ambiance. Inutile de vous dire que ce fut très chaud, mais le terme qui me parait le plus adapté est malsain.

La campagne électorale est commencée, plus personne n’en doute. Les grandes manœuvres qui ont débuté avec la réunion publique sur la REVE, continuent ! On peut dire que ça démarre très fort.

Vomitif (Venelles.Info)
Un C. M. vaseux, visqueux et écœurant (Venelles pour Vous)
Compte Rendu du Conseil Municipal (Didier Desprez).
La déclaration de Robert Chardon

N’oubliez pas de lire aussi les nombreux commentaires.

  • Accrochage entre D. Caille et le maire concernant un incident qui aurait eu lieu au Sébastien, auquel le maire aurait assisté sans intervenir… c’est assez flou et personne n’y comprend grand chose… mais les deux parlent haut et fort, les paroles échangées sont dures, Mme Caille semble très contrariée.
  • Brève escarmouche avec C. Bouillet, qui demande le retrait de la 7èmedélibération car il estime ne pas avoir été compris, monsieur le maire estime, lui, que la demande était mal exprimée… malgré l’importance très relative de ce problème, on sent déjà que l’ambiance se dégrade.
  • Robert Chardon lit une déclaration, dont je n’ai pas le texte aussi vous voudrez bien me pardonnez les erreurs… Pour faire bref, trois parties, trois questions, les deux premières pour P. Morbelli, la dernière pour les élus de l’opposition ; à noter que Lionel d’Huart, Michel Granier et Emmanuel Garcia ne s’y sont pas associés :
    • M. Morbelli étant mis en examen et devant passer en correctionnelle pour abus de biens sociaux et je ne sais quel autre chef d’accusation, pourquoi ne démissionne-t-il pas ? Il s’agit de l’affaire des employés de la Saur utilisés par la mairie (?) au début des années 90 et du non paiement (?) de ses factures d’eau personnelles en 99 et/ou 2000.
    • R. C. rappelle ensuite son point de vue sur l’affaire du Côteau Sud, rappelant que des terrains ont été vendus moins chers que les propositions des acheteurs… 200 000 euros… pourquoi M. Morbelli ne démissionne-t-il pas ?
    • La troisième partie de la déclaration s’adresse aux autres membres de l’opposition, leur demandant de ne plus soutenir P. Morbelli.
      • Dans sa déclaration R. Chardon se substitue plus ou moins au tribunal chargé de juger l’affaire et condamne sans procès… il demande la démission de P. M. en faisant référence à la règle Balladur selon laquelle tout membre du gouvernement susceptible d’être mis en examen doit remettre sa démission ! Je ne sais plus si c’est à ce moment que M. Saez met M. Morbelli au défi de l’attaquer en diffamation… le défi est sans risques pour M. Saez, ses frais de justice étant payés par la commune… Ces attaques basées sur un procès qui n’a pas eu lieu pour la première question, sur un procès qui n’aura jamais lieu pour la seconde me semblent sinon diffamatoires, du moins malsaines et déloyales. La troisième partie de l’intervention vise à déstabiliser et à diviser l’opposition, la campagne pour les prochaines municipales a bien commencé.
  • À la suite de cette déclaration M. Morbelli répond longuement sans réellement intéresser l’auditoire, élus et venellois, la seule véritable explication ne pouvant avoir lieu qu’au tribunal. La déclaration de R. Chardon est clairement une manœuvre électorale, selon l’adage populaire bien connu, il n’y a pas de fumée sans feu. Il en restera toujours quelque chose même si la justice en décide autrement. Le temps sera passé, peut-être même les élections… Le procédé est indigne.
  • L’examen des délibérations commence avec une heure de retard suite aux discussions préliminaires. Plusieurs points sont abordés toujours dans le même esprit d’agressivité et méritent quelques lignes :
    • le remplacement des canalisations rue E. Bertand nous donne l’occasion d’assister à un dialogue de sourds, l’opposition estimant que rien ne presse, qu’on peut attendre d’en savoir plus sur le P.L.U. et la majorité pressée de lancer le chantier.
    • Parmi les petites phrases qui volent de ci de là, C. Bouillet, ce n’est pas parce qu’on vous reproche de ne rien faire qu’il faut faire n’importe quoi. Les représentants des usagers de la REVE pensent qu’il serait raisonnable de différer tout ou partie de ce projet de quelques mois afin d’inscrire ces travaux dans le cadre des infrastructures de VRD qui vont nécessairement bouleverser ce secteur.
  • Ensuite on reparle de la construction du nouveau réservoir, sujet sur lequel les positions n’ont pas changé depuis la réunion publique du 26 octobre. R. Chardon redonne les mêmes arguments, l’opposition n’en change pas non plus. C’est une dispute sans fin qui commence à lasser. Malgré tout, avant de construire le réservoir, il faudrait s’intéresser à son emplacement et le construire là où il sera réellement le plus utile. Les représentants des usagers de la REVE estiment que pour une dépense de 500 000 €, le nouveau réservoir, il faudrait attendre l’avis de la SEM.
  • La mairie emploie si j’ai bien entendu, 103 titulaires plus les CDD et les vacataires. La suppression des postes ne correspond qu’à des postes fictifs puis qu’il semble que de nouveaux postes avaient été créés pour permettre l’avancement des titulaires de ces postes ; d’ailleurs, suite à l’intervention de S. Briançon monsieur le maire confirme qu’ils n’ont pas tous été supprimés, qu’il en reste quelques uns à disposition… Au passage M. Saez défend James Gourrier, pratiquement absent à chaque conseil, disant que contrairement à d’autres, il doit travailler et n’est pas payé sur marchés publics !

  • On passe ensuite au sujet de la restauration scolaire. J’avais été surpris dans le texte de la délibération de lire qu’une seule cuisine, la Campanella, serait retenue dans l’appel d’offres ! Monsieur le maire a retourné sa veste depuis les derniers conseils et trouvé comment rendre responsable de la situation, la municipalité précédente. Lors d’un précédent conseil, il était pratiquement d’accord avec l’opposition sur ce sujet, il reconnaissait qu’il ne savait rien de ce problème, son adjoint aux affaires scolaires non plus, et retournement de situation, comme d’habitude, il trouve un bouc émissaire… ce n’est pas ma faute, c’est l’équipe qui était avant moi, qui était dans l’illégalité ! Personne ne l’a cru, même pas certains de ses adjoints, heureusement quelques groupies lui ont manifesté leur soutien…
  • JPS lance à P. Morbelli, à plusieurs reprise, d’une voix très forte, que tout le monde puisse bien l’entendre, “Vous êtes un menteur“, il ajoute ensuite “refusant de s’amender jusque devant la cour” et puis “Je ne suis pas pêcheur mais chasseur de requins, vous en faites partie…“, et encore, à C. Bouillet, “même quand vous présentez de faux bilans” et aussi “améliorez votre mémoire avec les cours du club du 3ème âge“. À Mme Coursol qui se plaignait de n’avoir pas été prévenue, il dit “ne pas demander le numéro de téléphone des femmes

J’arrêterai là mon compte rendu quitte à en oublier… Depuis le début de l’année, j’ai assisté à presque tous les conseils, c’est un des pires… la déclaration de R. Chardon, les invectives, les provocations, rien de tout cela n’est digne d’un conseil d’élus. Les élections approchent, il faut espérer que les venellois en tiendront compte… mais encore faudrait-il qu’ils s’y intéressent. Dans mon entourage j’entends de plus en plus de commentaires défavorables, du style, “tous dans le même panier”, “il n’y en a pas un pour racheter l’autre” et pourtant tous les élus ne sont pas à rejeter en bloc, il faut faire le tri, de nouveaux candidats peuvent apparaître… il ne faut pas désespérer.