Vendredi dernier, je n’ai pu assister aux vœux que monsieur le maire adresse chaque année à ses concitoyens. En plus du discours et de la traditionnelle galette, il y avait cette fois un concert, qui a certainement contribué au succès de la soirée. Je n’y étais pas et je le regrette, non que je sois passionné de concerts ou friand de galettes, mais parce que le discours de notre maire, habituellement mi-bilan, mi-programme, m’intéressait, devrais-je dire, m’inquiétait ? Heureusement un venellois a bien voulu me faire parvenir un billet sur la soirée…

Hier soir, l’orchestre philharmonique du pays d’Aix donnait un concert (gratuit) à la Halle des Sports de Venelles : voilà l’information que beaucoup avaient retenu, si l’on en juge par le public chenu et plus que clairsemé à 18h.30, alors qu’il remplira la Halle à 20h00. Mais ceux qui avaient prévu d’échapper au pensum de Monsieur le Maire en arrivant à 19h.00, se fiant au programme officiel, en furent pour leurs frais : les festivités débutèrent à 19h.00 et Monsieur le Maire ne “prononça ses vœux” qu’un quart d’heure plus tard.

Les élus se faisaient rares, Monsieur le Maire en rassemblait autour de lui une dizaine de son groupe, l’opposition n’en ayant dépêché que quatre, la présence, pourtant fugace, de deux conseillers généraux (M. Bouvet et M. Medvédowski) sauvait la mise et, malgré l’hommage de Monsieur le Maire aux personnalités « religieuses, civiles et militaires » les chaises réservées restèrent désespérément vides.

À 19h00 donc, Monsieur le Maire, au milieu des chaises et pupitres des musiciens, flanqué à sa droite de M.Medvédowski et à sa gauche de M.Bouvet (ah ! le protocole…), remis à trois venelloises LA médaille de la ville accompagnée d’un bouquet de fleurs, d’un livre, et d’une bise, bien sonore dans le micro. Les trois récipiendaires étaient : Anna FREMIAUX (dite Nana) vénérable dame, un des piliers du Cercle d’Or, Lucie LORIOT, une autre vénérable dame à qui l’on doit l’atelier Arc en ciel et l’Atelier d’expression théâtrale du Cercle d’Or, et, Patricia VERNIER, alerte jeune femme, entraîneur de l’équipe de volley-ball. Dédé CARMAGNOLE, à la légendaire carriole, médaillé depuis déjà quelques années, reçut un livre en remerciements de ce qu’il fait pour Venelles en compagnie de sa « vieille carne » (sic). 13 minutes s’étant écoulées, nos deux conseillers généraux s’éclipsèrent vers d’autres obligations identiques et Monsieur le Maire entama son discours devant un parterre de venellois, la sono légèrement trop poussée provoqua quelques effets Larsen indésirables.

Avec moult formules redondantes, notre premier magistrat commença par rendre hommage à tous les venellois qui comptent à ses yeux : les sportifs ouvrirent le bal, suivis des Anciens Combattants, des Services Municipaux, des forces de police et de gendarmerie, des enseignants, et, les Associations le fermèrent. Un diaporama servait de support au bilan de six années de mandat : tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, enfin presque, les subventions du Conseil Général manquent à l’appel pour parfaire ce tableau idyllique. Les minutes s’égrenant inexorablement, le débit devint de plus en plus rapide et les objectifs se trouvèrent très vite mêlés aux réalisations ce qui fait qu’un auditeur, à moins d’être très pointu sur la question, aurait pu prendre le virtuel pour du tangible. Les panneaux solaires sur le toit de la Mairie sont en bonne voie de réalisation, mais, surprise alors que l’on nous avait fait espérer un rachat par EDF du surplus d’énergie produit à des tarifs alléchants, il n’est plus question que de couvrir à 25% les besoins d’énergie. Le bail à construction pour la Poste a été signé il y a trois mois avec un bailleur social, la piscine est annoncée pour 2010, la nouvelle église (photo de l’évêque à l’appui) c’est pour demain… Les finances sont au beau fixe, l’adjoint au scolaire génial, le markethon un succès (19 inscrits, 9 CDI décrochés et conclusion de M.le Maire ce n’est pas le travail qui manque mais ceux qui ont envie de travailler), la Culture une merveille (service Venelles Culture, Festival Offenbach, MJC, Comparses et sons, là, petite précision, comparses=copains et sons= ce qui arrivent à nos oreilles et pas sons=fils en anglais comme le croit, à tort, M.le Maire,     , et le blanc tout le monde sait ce qu’il signifie).

La partie discours de campagne clôtura ce monologue : être favorable au droit au logement opposable tout en étant hostile à la loi SRU, voilà la position périlleuse adoptée par notre Maire qui nous promet des logements sociaux assortis d’une attribution/préférence communale avec obligation de travailler, point de barres immondes mais « une réalité sociale construite autour du mot Amour ».

Les applaudissements étaient bien timides, un peu plus nourris quand fut entonné l’habituel couplet sur les « gens du voyage », rejoints par les SDF…

Le point d’orgue attendu, qui constitua aussi la chute… du discours : « la grande mesure sociale d’une portée unique, acte de courage et message d’espoir », 10 M3 d’eau offerts aux foyers/usagers, 20 M3 pour les foyers comptant une personne handicapée non imposable.

19h.45 : les premières notes s’élevaient sous la voûte de la Halle, le public (comptant alors beaucoup d’écoliers) avait amplement mérité ses ¾ d’heure d’extase musicale. (madame la Députée Maire et son premier adjoint, dont Venelles constituait une étape dans son marathon des vœux, s’offrirent un bref intermède musical, tout en se dispensant des accolades).

Les vœux vus par La Provence