Retour sur Le nouveau conseil d’administration de la régie, un commentaire (n°40), intéressant (une riposte, une attaque ?), de M. Tesnière, président de l’ADIV je crois, qui s’en prend aux anciens représentants des usagers… je cite :

Vos questions et les doutes qu’elles insinuent sont inacceptables et désobligeantes pour notre association et ses adhérents qui se sont battus pendant plus de dix ans pour faire baisser le prix de l’eau et aboutir à la création de cette régie. (…) Ce combat auquel vous n’avez aucunement participé fut celui de plus de 250 familles dont des handicapés, des personnes âgées, des jeunes couples avec de jeunes enfants qui eurent l’eau coupée par la SAUR. (…) Notre histoire a déjà compté des résistants de la dernière heure qui se sont d’autant plus mis en avant que leur absence avait été totale pendant les combats.

Personnellement, venellois depuis 1990, je ne connaissais pas cette association autrement que par ouï-dire. N’en sachant rien, je ne reviendrai donc pas sur les mérites de l’ADIV et de ses membres mais depuis 2001, pendant presque 6 ans, depuis la rupture avec la Saur et la création de la REVE, cette association, à ma connaissance, n’a rien fait, rien dit… Pendant que Jacques Révy et les autres représentants des usagers travaillaient, se heurtaient quelquefois avec la direction de la REVE, avec M. Chardon et M. Bariguian et nous tenaient au courant de ce qui se passait… que faisaient-ils ? Où était cette association pendant toutes ces années ? Sans vouloir faire un procès d’intention à une organisation que je ne connais pas, force est de constater qu’ils ont été bien silencieux… et que dans leurs souvenirs les venellois confondent parfois l’ADIV avec M. Bariguian son créateur.

Les doutes dont parle M. Tesnière sont très certainement ceux de nombreux venellois… mais l’important n’est pas là, mais dans la capacité qu’auront tous les représentants des usagers à travailler, ensemble, pour le bien de la ville et de ses habitants, sans parti pris ni rancœur. C’est ce que je nous souhaite.