D’abord je voudrais vous remercier. Vous êtes parmi les élus, un des rares, qui participez régulièrement à nos discussions. Non seulement vous donnez votre point de vue mais dans les commentaires ou sur votre blog vous nous apportez des informations. Les venellois, comme moi, ont soif de savoir ce qui se passe et, au-delà des décisions prises, veulent savoir… le pourquoi… et le comment !

C’est vrai mon interpellation était quelque peu provocante et je la revendique. Quand je parlais de “blabla” ce n’était pas innocent.

Lors du dernier conseil, que vous avez quitté au bout de quelques minutes, je suis parti à mon tour au bout d’une heure environ, lassé par des discussions stériles, je devrais dire des répétitions 10 fois entendues ou des déclarations inutiles, en porte-à-faux même, erronées aussi, qui ne faisaient pas avancer les affaires de la ville… et donnaient à quelques sujets secondaires une importance qu’ils ne méritaient pas.

C’est en écoutant ces intervenants, entres autres, Messieurs Desprez et Briançon, plus tard Madame Coursol que je me disais que les prochaines municipales se gagneraient dans l’union et en dehors des séances du conseil. Peu de venellois y viennent, beaucoup de ceux qui ont déjà assisté à une séance n’y reviennent pas, les débats étant rarement constructifs, pas toujours la faute de la majorité d’ailleurs…

Ma “provocation” si on peut l’appeler ainsi avait pour but de faire réagir les élus… et là, je peux dire que c’est loupé puisque vous êtes le seul à avoir relevé mes propos. Pendant que l’opposition s’amuse, tergiverse, ergote, le maire se prépare, sa campagne est lancée depuis pas mal de temps, et il marque des points. Je sais que les présidentielles sont proches, qu’elles seront suivies des législatives, après viendront les vacances… et ensuite, peut-être sera-t-il trop tard.

Les oppositions actuelles, gauche et droite confondues, au moins trois courants, n’ont pas de leader(s) faisant l’unanimité, sont fortement divisées sur des rancunes anciennes maintenant, ne semblent pas capables de s’organiser, et, à mon avis, pour ce qu’il vaut, vont droit dans le mur ! Je ne suis pas prophète et j’espère me tromper.

Dans votre commentaire vous posez quelques questions…

  • Que pouvons-nous faire face à une majorité qui tout en n’étant pas en parfaite symbiose sait rester docile ?
    • À mon avis, tout en continuant votre lutte dans le cadre du conseil, prendre acte du fait que ce n’est pas le lieu où vous pourrez changer les choses… et préparer les prochaines élections municipales, 2008 n’est pas si loin !
  • Nous essayons souvent d’éveiller les consciences citoyennes. Vous avez pu le constater vous même, sans grands résultats. Peut-être nous y prenons-nous mal ? Alors guidez-nous.
    • Je n’aurai pas la prétention de vous guider… mais quand même, il faudrait peut-être arrêter de tout focaliser sur le maire et ses adjoints… donner de l’importance aux faits, expliquer pourquoi vous n’êtes pas d’accord et ce que vous feriez, oublier la forme, privilégier le fond, vous adresser aux venellois et vous faire entendre.
  • Puisque vous nous interpellez 13770, laissez-moi vous prendre au mot : Êtes-vous prêts, sur votre blog, qui me semble-t-il est consulté par des internautes de “toutes tendances” à vous faire le relais d’une action collective pour exprimer à cette municipalité, sous une forme ou une autre la réprobation d’un grand nombre d’administrés sur ses choix politiques dévastateurs ?
    • Bien sûr, je l’ai déjà fait et le referai volontiers… sous réserve bien entendu, de pouvoir présenter et critiquer librement cette action collective si par hasard je n’en partageais pas tous les points de vue.

Les lecteurs de ce billet pourront penser, ils auront raison, qu’il est plus facile de critiquer que d’agir, que les conseilleurs ne sont pas les payeurs… que n’étant pas engagé je ne prends guère de risque à trouver insuffisante la mobilisation de l’opposition… Je n’ai que ce blog aujourd’hui, et demain, mon vote, pour peser dans les débats, je ne suis qu’un électeur parmi des milliers et je n’ai aucune compétence particulière en politique, même locale…

Bon courage monsieur Bouillet.