PS ou pas PS ?Vendredi soir Évelyne Coursol lançait sa campagne en vue des prochaines municipales. J’en suis parti avant la fin, presque deux heures quand même, fatigué par le discours, hors sujet, d’un communiste ancienne mode qui ne voulait pas s’arrêter de parler. Je vous livre ci-après quelques réflexions et analyses personnelles.

Mme Coursol s’est présentée avec quelques membres de son équipe, quatre exactement, messieurs Morbelli, Tournié, Salvat et une dame dont je n’ai pas entendu le nom, d’autres étaient dans la salle, l’équipe n’est pas encore complète… Je vous ferai grâce de cette présentation que vous trouverez probablement sur le site qui lui est consacré www.venelles.org, n’oubliez par le www sinon ça ne fonctionne pas ou Venelles pour Vous.

Je ne vous ennuierai pas avec un compte rendu, n’ayant pris aucune note cela me serait difficile, mais je vais essayer de vous livrer quelques impressions, un peu de l’ambiance.

Madame Coursol est jeune en politique et le discours ne lui vient pas facilement. Je crois que sur certains des sujets évoqués elle a les idées claires mais elle a du mal à les faire passer sans hésitations et redites. Elle a parlé longtemps, trop longtemps. Pour le même résultat cela aurait pu être abrégé de moitié. À noter nous l’avons su un peu plus tard par un militant, la cinquantaine de personnes présentes étaient des membres du PS ou des proches, peu de venellois ordinaires donc. J’ai eu l’impression… qu’elle devait convaincre son auditoire de militants, une sorte d’oral, pas encore de rattrapage ! Elle a exposé les points essentiels et caractéristiques de son programme, entre autres, le développement durable et solidaire et surtout elle a longuement développé ses idées sur une nouvelle façon de gouverner la ville. On sent qu’elle est sincère et qu’elle veut faire passer le message. Sur tous les dossiers importants, sensibles elle promet de consulter les citoyens par l’intermédiaire des associations. Pour étoffer son futur programme elle a déjà pris contact avec certaines d’entre elles, la culture par exemple. Elle fera ce qu’elle dit, elle essaiera du moins, je n’en doute pas mais… nous ne savons pas très bien quelles conditions ont amené sa nomination comme tête de liste et donc nous ne savons pas quelle liberté de manœuvre elle aura par la suite !

Après une intervention de P. Morbelli elle donne la parole à la salle.

Ph. Chaigne lui demande quelles dispositions elles pourraient prendre pour améliorer le fonctionnement de la régie des eaux, une question piège bien sûr, elle s’emmêle un peu dans sa réponse, répond sur l’organisation du conseil d’administration, rappelle l’historique de l’affaire, rien de convaincant et plutôt à côté des réponses espérées. Ai-je répondu à votre question lui demande-t-elle ? L’intéressé fait la moue et n’insiste pas, visiblement peu satisfait.

Un militant, un sympathisant, lui a demandé pourquoi, sur le tract de Venelles en Vie, il n’y avait aucune référence au PS. Excellente question, je vous remercie de me l’avoir posée… et s’ensuit une explication embarassée. Elle dit être libre, ne pas être une candidate d’appareil, ne faire partie du PS que depuis peu, une année, et avoir obtenu – carte blanche – pour mener les choses à sa guise ! Tout cela est un peu contradictoire, elle est bien la candidate du PS suite à un vote des militants venellois, vote confirmé par le bureau départemental. La liste n’est pas complète, elle est ouverte. A qui, dans quelles conditions lui demande-t-on ? La réponse n’est pas plus claire, en fin d’argumentation elle répond que de toute façon ce ne pourrait être que pour des sympathisants, au moins avec une sensibilité de gauche… ce n’est pas vraiment une ouverture.

Je ne me souviens plus si c’était en réponse à une question mais EC décide de jouer au jeu de la vérité et de tout dire même ce qui ne lui était pas demandé. Elle explique, elle confirme qu’elle a été nommée tête de liste, suite à un vote des militants du PS venellois, qu’elle avait été choisie de préférence à un autre candidat à la candidature, son concurrent. Elle aurait préféré être “élue” par tous les militants socialistes venellois, ce qui est peut-être clair pour les militants mais pas pour moi. Quelle différence ? La direction départementale aurait refusé ce second vote, pourquoi ?

Elle va plus loin, expliquant que la position de P. Morbelli avait posé, posait problème et, sans citer son concurrent, elle nous dit avoir accepté, elle, que PM soit sur la liste… mais pas en position favorable, sans nous dire d’ailleurs quelle position il occuperait, éligible ou pas, et si comme on l’entend partout à Venelles, il lui serait, en cas de victoire, réservé une place à la CPA.

Elle évoque les blogs qui en en ont parlé et dit ne pas vouloir faire de polémique. Très bien mais pourquoi ne pas faire taire les rumeurs qui circulent en ville et pas seulement sur internet… et dire simplement la vérité. Sauf loupé je n’ai vu nulle part l’annonce officielle de ce choix par le PS local ni les circonstances et conditions de ce choix.

Elle n’a à aucun moment évoqué les chances qu’elle avait de gagner ces élections. Elle n’a pas parlé non plus de l’autre liste d’opposition ni des raisons qui s’opposaient à une liste commune. Elle n’a pas mentionné Didier Desprez présent dans la salle et dont on ne sait toujours pas s’il sera sur la liste et quelle position il occupera.

En fait son discours s’adressait plutôt aux militants du PS aux yeux desquels elle cherche à légitimer sa position. Elle donne l’impression de ménager Pierre Morbelli qui la soutient, certains disent qu’il la contrôle, et d’autre part elle tente d’ouvrir sa liste pour contrebalancer cette présence, à la fois utile et étouffante.

La question importante, la seule peut-être qui vaille d’être discutée est de savoir si cette stratégie peut être gagnante ? J’en doute… même si la candidate est fort sympathique et si son discours, bien que convenu, est dans l’air du temps ; je n’imagine pas qu’elle puisse remporter les élections sur son seul nom et celui de Pierre Morbelli.