Évelyne COURSOL et son équipe n’ont pas souhaité utiliser Venelles Mag à des fins de propagande politique en période électorale. Dommage, l’article sur le budget primitif écrit par D. DESPREZ à cette fin, que je vous livre ici, y aurait trouvé toute sa place…

Budget Primitif 2008

Le 18 Décembre dernier, le budget Primitif 2008 de la ville de Venelles a été adopté par une courte majorité (cela devient une habitude depuis quelques années) parachevant sept années d’une mandature chaotique en matière budgétaire. Après quatre premières années d’errance (ou d’apprentissage suivant la sensibilité de chacun) avec en particulier des dérapages budgétaires importants en matière de fonctionnement, suivies de deux années de convalescence ou plutôt de semi-léthargie ponctuées de décisions aussi inutiles qu’aberrantes et/ou dogmatiques comme la volonté de vendre les 24 logements sociaux, patrimoine de notre commune ou l’acharnement à vouloir détruire l’OMCJ, voici l’année de la dernière chance, qui plus est année électorale, celle qui doit permettre de faire oublier l’immobilisme et l’attentisme des six premières, avec sa débauche d’investissements faits dans l’urgence et la précipitation et donc très perturbants à la fois pour les Venellois mais également pour le commerce local.

Dans la foulée, c’est tout naturellement et avec fierté, et c’est de bonne guerre à 3 mois des élections, que l’on nous annonce un gel des taux d’imposition, mais en omettant de rappeler que ces mêmes taux ont augmenté de +10.81% sur l’ensemble de cette mandature alors qu’ils n’avaient augmentés que de +6.73% sous la première mandature de P. MORBELLI et avec quel bilan ! (une nouvelle crèche, une gendarmerie, un restaurant scolaire,etc.)

Et une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, on va même jusqu’à nous présenter en séance le budget tant réclamé (depuis plus d’un an) de la Culture : chiffres invérifiables car noyés dans le budget général et manifestement sous ou sur évalués selon les cas. On voudrait nous faire croire que la Culture à VENELLES est traitée aujourd’hui de meilleure façon et surtout moins chère qu’à une certaine époque que l’on ne s’y prendrait pas autrement. Si nous ne nous prononçons pas sur la qualité de la programmation qui est, d’ailleurs, fort honorable, nous affirmons qu’aujourd’hui la culture à VENELLES, coûte à la ville de VENELLES, à minima 100 000€ de plus qu’à l’époque de l’OMCJ. C’est un fait, c’est un choix que vous avez fait, sachez l’assumer.

Pour ne pas trop ternir le tableau, un point positif avec l’endettement de la commune qui a diminué, conséquence directe de cet immobilisme, mais également et surtout de l’arrivée à échéance de nombreux emprunts contractés il y a quinze voire vingt ans.

Pour conclure sur ce budget et finalement sur les 6 précédents, si les règles comptables vous obligent, et c’est la moindre des choses, à présenter un budget équilibré, il est un principe fondamental, à la fois de bonne gestion mais aussi de transparence et de respect mutuel, de présenter une réalité budgétaire annuelle fiable. C’est le signe d’une bonne connaissance de la situation budgétaire de la commune mais aussi le signe d’une vision et d’une réflexion à long terme.

C’est ce qui nous a beaucoup manqué tout au long de votre mandat…

Didier Desprez