Des problèmes administratifs ayant entraîné la fermeture temporaire de Venelles.info Claude Bouillet a demandé l’hospitalité de ce site – je la lui accorde bien volontiers – il souhaite réagir à “l’agression” subie le matin du 14 juillet, sûrement à l’occasion de la Cérémonie de la Fête Nationale. Vous pouvez lire son billet ci-dessous.

Tout d’abord une explication : des problèmes administratifs ont mis Venelles.info en rideaux fermés.

Que nos fidèles internautes se rassurent, cela va s’arranger, et Venelles.info rouvrira ses rideaux. Quand je dis “se rassurent”, à en juger par l’agression que j’ai subie ce matin même, il semble que les antagonistes agresseurs féminins de ce matin souhaiteraient plutôt la fermeture définitive de ce blog.

Dans l’attente du renouveau de Venelles.info je squatte le blog de Didier Desprez en souhaitant qu’il ne m’en expulsera pas. Je lui rappellerai en cette occasion notre conversation de samedi sur le marché alors que nous évoquions la “pléthore“, peut-être trop abondante, de blogs sur la commune de Venelles. De même je vais demander l’hospitalité à 13770.org pour diffuser mon billet en commentaire. J’ai donc été agressé ce matin même lors de la cérémonie commémorative du 14 juillet. Certains billets récents que j’ai signés dans Venelles.info ont déplu ! On ne peut pas plaire à tout le monde ! Cela je m’en étais déjà rendu compte.

L’un des billets, intitulé “Jean Pierre la frime” a déplu à madame. Il paraît que je serais jaloux parce que jamais je n’aurai de voiture décapotable, ni d’une compagne à la chevelure blonde flottant au vent pour frimer dans un tel équipage! Cela est sans doute vrai. Le cabriolet décapotable n’est pas ma culture et je ne m’y vois pas le coude appuyé sur la portière traversant l’agglomération accompagné de mon épouse qui n’est pas blonde et avec qui je vis tout simplement en parfaite harmonie. Quant à être jaloux… !

L’autre billet reprenait le titre “L’arbre qui cache la forêt”, du journal La Marseillaise. Le rapprochement du nom Davin, propriétaire foncier de l’espace Lou Ravi et de l’Auberge Roman avec celui d’une élue municipale portant le même nom à l’état civil n’a pas eu l’heur de plaire à l’élue concernée, malgré le rectificatif que j’ai apporté pour démentir toute parenté.

À l’une et à l’autre je préciserai seulement que ma présence en la manifestation publique de ce matin n’était inspirée que par ma volonté de commémorer un événement qui, il y a 219 ans, mettait fin à un régime monarchique arbitraire de plusieurs siècles pour créer les conditions de la naissance (hélas dans la douleur) d’une République offrant encore le droit d’expression aux “Guignols” de l’info ainsi qu’à moult groupes de chansonniers ou de journaux satyriques. Ceux là ne se retiennent pas d’un usage “abusif” de ce droit pour faire dans la dérision (heureusement, mais pour combien de temps ?).

Je ne prétends pas avoir le talent de ces chansonniers et autres caricaturistes, mais je formule tous mes vœux pour que ce droit à rire de ceux qui nous gouvernent ne nous soit pas ôté comme dans certains États à qui aujourd’hui nos dirigeants font tant les yeux doux.

Je ne peux m’empêcher dans ces circonstances d’évoquer la lecture de mon horoscope de ce jour dans le journal la Provence (je suis né sous le signe de la vierge). A la rubrique Vie sociale j’ai lu : « Naturellement que vous avez raison… et cela se sait, mais comment le crier à la face de celles et de ceux qui vous dénigrent ? ». Mon naturel, plutôt cartésien, me rend peu perceptible aux prédictions “astrales” mais je vais finir par me laisser convaincre !

À celles qui ce matin m’ont “agressé” j’ajouterai seulement ce concept que j’avais moi-même fait mien depuis longtemps : Pour vivre à l’abri de toute critique, de tout sarcasme ou d’impertinence, abstenons nous de jouer un rôle dans la vie publique, sinon tolérons d’être observé avec un regard sans flagornerie et pas toujours complaisant.

Claude BOUILLET