La Provence de ce matin revient sur le camping Lou Ravi où résident plusieurs dizaines de Venellois. Depuis 20 ans que je suis à Venelles j’ai toujours entendu parler du camping… et depuis 20 ans ? rien n’a changé ou si peu ! L’article de notre quotidien régional l’explique bien, la plupart de ceux qui y vivent, y sont parce que leurs moyens ne leur permettent pas autre chose… même si quelques uns s’y trouvent bien et ne souhaitent plus le quitter.

Les logements à Venelles sont rares et chers, les logements à prix modérés quasiment introuvables… les perspectives de voir la situation s’améliorer sont faibles. Pour les jeunes mais aussi pour les moins jeunes, pour ceux dont les revenus ne permettent pas de payer les loyers élevés de notre ville, le camping serait-il l’unique alternative à l’expatriation (syn : exil) !!!

Venelles Mag n°19 décembre 2006
* Le titre est repris de Venelles Mag n°19 décembre 2006 page 7.