Pénélope est de retour. Pour la rentrée elle évoque – pêle-mêle – l’annulation de la foire du Pays d’Aix, les subventions et les élus de l’opposition.

La Foire du Pays d’Aix

La 16ème édition de cette foire n’a pas eu lieu, ce week-end. Au-delà des souffrances humaines, on ne peut manquer de s’interroger sur la mise en œuvre de ce type de manifestation.

Le moins que l’on puisse dire c’est que la communauté du Pays d’Aix n’a guère fait entendre sa voix, alors que la foire porte son nom. La commune d’accueil de cette manifestation, Venelles, a communiqué, tardivement, en prenant grand soin de préciser qu’il fallait en référer à une association locale, élégante façon de se débarrasser des problèmes.

Alors que l’organisation de cette foire pourrait être des plus simples et des plus conformes, la Communauté du Pays d’Aix passant un appel d’offres, annuel, pour s’enquérir d’une structure organisatrice, mais, on a préféré avoir recours à une organisation en « poupées gigognes », assez peu orthodoxe, et qui a pour caractéristique de s’effondrer par grand vent.

En effet, depuis plusieurs années, la CPA laisse à la commune d’accueil, le soin d’opérer, moyennant une subvention de 80 000 €. Venelles, commune d’accueil, sollicite une de ses associations locales pour porter cette foire et encaisser la subvention, moyennant une RODP de 13 000 €. L’association locale, dont l’évènementiel n’est pas le métier, charge une entreprise d’organiser tout de A à Z, en contre partie de la plus grosse part de la subvention, les exposants n’étant en contact qu’avec cette entreprise. C’est la même entreprise qui est reconduite depuis des années, aussi personne n’a pensé (alors qu’il existe des moyens rapides, efficaces et gratuits de s’assurer de la santé et du sérieux d’une entreprise) à vérifier le sérieux de la société organisatrice. La CPA, subventionnant l’asso, vérifiait l’asso, la commune encaissait la RODP sans se poser de questions, l’asso faisait confiance à la société sollicitée, des années auparavant, par la commune, le tout pour le plus grand désarroi de 185 exposants à qui il faudra apporter des garanties béton pour qu’ils participent à la foire 2011.

Cette organisation bancale met à mal les exposants mais aussi les collectivités locales : ces subventions qui entrent, sortent, reviennent sous forme de RODP, ou autres, suscite le soupçon, un soupçon, que la valorisation du bénévolat sauce Venelloise, a insinué il y a quelques années.

Subvention

Cet été, pour la 2ème année, une association de commerçants Venellois a organisé des manifestations festives. Cette initiative, par ailleurs sympathique, soulève un problème, quant à son financement, la commune versant à l’association une subvention pour organiser ces manifestations.

En effet, s’agissant d’une association de professionnels, se présentant comme tels lors des manifestations subventionnées, il est difficile de séparer manifestation purement festive et opération commerciale. Comme il est délicat pour la commune de subventionner une association regroupant un secteur professionnel de la commune, dont on peut apprécier le poids électoral.

Le même type de manifestation, subventionnée, organisée par – l’association des renifleurs de lavande – avec le concours, non subventionné, de l’association de commerçants (sous forme de tombola à visées commerciales, par ex.), ne poserait pas tant de problèmes.

Les « élus d’opposition »

« La souveraineté appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants », la Constitution établit ainsi la démocratie. Ensuite la façon dont sont désignés nos représentants n’est qu’un « modus operandi », ce n’est pas l’élection qui fait la démocratie, elle ne contribue qu’à la légitimité des représentants. On peut imaginer que nos élus soient tirés au sort, ils y perdraient en légitimité, mais la démocratie n’y perdrait rien, tant que les élus agiraient comme NOS représentants de NOTRE souveraineté.

Si l’opposition est indispensable à la démocratie, il en va tout autrement des « élus de l’opposition » qui sont le résultat de notre « modus operandi », mais qui n’entrent pas dans la conception démocratique. En démocratie il n’y a pas des élus de 1ère ou de 2ème catégorie il n’y a que des représentants.

Chaque élu est le représentant de tous, et, chacun est représenté par tous les élus.

De ce point de vue, la façon dont les choses se passent, dans notre commune, est fort peu démocratique. Quand un élu vote une décision, il la vote en conscience, en ayant à l’esprit qu’il exprime la volonté de tous les Venellois, et pas seulement celle de ses électeurs.

Dans une commune comme la nôtre, majorité et opposition, ne sont pas des monolithes, et, si un jour, un représentant, élu sur la liste du maire, vote différemment de celui-ci, ce n’est pas un cataclysme, ni le signe avant coureur d’une implosion de la majorité, mais l’expression toute simple de la démocratie.

Pénélope