L’ASEF a placé des capteurs de microparticules. Bébé respire jusqu’à six fois les seuils recommandés par l’OMS. À ne plus avoir envie du tout de promener bébé dans sa poussette sous le soleil printanier. Une étude de l’ASEF et du Dr. Halimi.


→ L’article publié par La Provence.com du 30 mars

→ Quelques extraits :

  • « Je taperai jusqu’à ce que l’on m’entende, assène le Dr Patrice Halimi, secrétaire général de l’Asef. Je porte la voix des bébés à la communauté d’agglomération, et à la ville d’Aix. »
  • L’ASEF entend largement médiatiser cette étude, reconnaît que jusqu’à ce jour, bien des alertes lancées sont restées lettre morte, tout comme le pacte écologique signé en 2009.
  • « Rien ne change, poursuit-il. On s’occupe du polluant et pas du pollué. C’est cela, les catastrophes lentes. Je veux que l’on sache ce que respirent les plus vulnérables d’entre nous et envers lesquels nous avons un devoir de santé publique. Il faut une mobilisation sanitaire, que l’on se pose désormais les bonnes questions quand les élus élaborent, comme en ce moment au niveau de la CPA, le futur plan de déplacement urbain ».