Sauf erreur Réunir Venelles je crois pouvoir dire qu’INTERNET ne figure nulle part dans les préoccupations et les déclarations des différentes listes en concurrence pour les municipales. Il est encore temps de réparer cet oubli. Non seulement jusqu’à ce jour il n’est pas ou peu utilisé à l’échelon de la commune mais à Venelles certains de nos concitoyens – Les Logissons – n’ont en 2014 accès qu’à un internet dégradé, la fracture numérique ce n’est pas seulement pour le Larzac. Je vous suggère la lecture d’un article de ZDNet «  Des citoyens connectés, dans des villes déconnectées de la réalité d’Internet ». Lisez l’article en entier mais le plus intéressant se trouve à la fin, le dernier chapitre Élection municipales, une chance pour la fracture numérique ?

Car s’il y a une certitude c’est bien que la fracture numérique est un sujet politique. Au sens premier du terme, “la vie de la cité”, numérique en l’occurrence. Dans ces deux programmes (à Paris, Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusco-Morizet) :

  • On y parle d’utiliser le numérique comme un facteur d’attractivité du territoire.
  • On y parle du numérique comme un accès public aux données… même les années électorales !
  • On y parle du numérique comme un moyen de faciliter la participation citoyenne et de se préoccuper en urgence de ceux qui n’y ont pas d’accès.