Retirer ces autorisations au maire est donc possible, mais ce ne sera pas sans conséquences : « Le conseil municipal s’en retrouverait surchargé et se créerait lui-même des contraintes qui ne fluidifieraient pas le fonctionnement », poursuit le sous-préfet. → Un article de La Provence du 17 juin