À ma demande, Évelyne Coursol, que tous les venellois connaissent, a accepté de nous donner son point de vue sur la campagne électorale en cours, les principaux candidats et leurs programmes. Comme elle le souligne elle ne détient pas la vérité, n’a pas de certitudes, elle souhaite seulement alimenter le débat et la réflexion citoyenne.

Paysage politique à quelques semaines de l’échéance présidentielle 2017

À droite

  • Une extrême droite qui n’a jamais été aussi haut en France
  • Une droite républicaine très conservatrice (M. Fillon)
  • Une UDI qui a hésité mais qui rentre au bercail, comme prévu, sans doute non pas seulement à cause de leurs idées mais aussi de leur détestation de Bayrou et des négociations pour les législatives ; ceci étant dit l’électorat UDI lui, risque de se partager entre Fillon et Macron… un exemple du modèle obsolète… Nous sommes en plein dedans.

Au centre

  • Le mouvement « en marche », centre droit et gauche qui se hisse au niveau de M. Le Pen (Bayrou/Macron). Il faut actuellement bien observer les ralliements qui s’opèrent, et qui risquent de ne pas être tous sur les idées, voire pas très sincères, ni désintéressés… Ce mouvement doit actuellement gérer cette difficulté pour ne pas perdre ce par quoi il dit être défini !

À gauche

  • Le PS qui a du mal (l’appareil) à respecter ce que les urnes de la primaire ont dit mais donc un candidat, Hamon, qui va sans doute entraîner derrière lui une partie des électeurs de Mélenchon. Des jeunes et des socialistes déçus de la politique de « Hollande Vals Macron ». A contrario, il va perdre des gens qui se disent de la « social-démocratie » ou que l’on désigne encore sous le terme de « aile droite du PS ». Mais donc un candidat Hamon allié aux verts aile gauche, qui doit maintenant se remettre en campagne en développant et expliquant ses idées et faire le travail nécessaire pour rassembler les socialistes (il a beaucoup, pour ne pas dire trop, travaillé à rallier la gauche de « la France insoumise »).
  • La gauche alternative de Mélenchon … « La France Insoumise »

Je ne prends pas en compte les éparpillements habituels qui traversent les trois grands courants.

Voilà pour les forces en présence.

Les programmes

Les commentaires et observations qui suivent ne prétendent être ni exhaustifs ni détenir « la vérité ».
Ils ne sont là que pour, modestement, essayer d’alimenter le débat et la réflexion citoyenne.

La droite républicaine c’est le projet Fillon construit pendant trois ans avec ses comités locaux sur le terrain et qui porte une vision de la société française très libérale du point de vue économique et plutôt conservatrice du point de vue sociétal.

« En Marche » qui m’a beaucoup intéressée car basé sur l’idée qu’il y a de bonnes solutions à droite et à gauche, que tout en gardant son identité on peut travailler sur un projet que l’on enrichit justement en confrontant les idées pour en sortir le meilleur… J’ai donc suivi ce mouvement… Mais grande déception :

  • Un programme avec peu de propositions innovantes de nature à changer le système structurellement, pour produire et consommer autrement, qui reste basé sur de vieilles idées de développement économique, « du toujours plus de consommation, toujours plus de croissance », qui ne tient compte que du PIB et de la puissance froide et sèche de l’économie.
  • Déçue, car simple prolongement mais amplifié de la politique menée à la fin du mandat actuel par le gouvernement Hollande – Valls – Macron.
  • Déçue car pas grand-chose sur les nouveaux modèles économiques qui se développent un peu partout avec succès : les circuits courts, les cercles vertueux de production, l’agriculture raisonnée ou solidaire qui s’appuie chez nous en France, sur notre savoir-faire historique et culturel de petites unités d’élevage ou de culture de qualité.
  • Déçue car seulement une vague intention d’inciter les élus locaux à créer un semblant de démocratie participative.
  • Déçue quant à la construction de son programme et par des comités locaux composés, je cite, « d’experts compétents » en seulement quelques mois ; quant aux experts compétents : il s’agit surtout d’acteurs de l’économie ou d’élus locaux croyant être des « sachants » ou encore des jeunes futurs « sachants », sélectionnés par un petit groupe de « sages » de 5 ou 6 autres « sachants » du système… Donc un système bien pyramidal et peu circulaire, ni même horizontal.
  • Complètement opposée à ses propositions sur l’école : elles sont de nature à creuser l’écart entre les élèves notamment le recrutement autonome des équipes pédagogiques (Sarkozy l’avait proposé en son temps)! Dubitative, pour le moins, sur ses propositions pour la retraite.

La gauche… Évidemment… Hamon. Il parle de 6ème république, s’appuie sur les travaux et travaille avec Thomas Piketty… ou encore s’inspire de Pierre Rabhi… ses propositions sont extrêmement innovantes et du coup attirent des jeunes qui ne venaient plus voter (je pense à la prise en compte du vote blanc, je pense à son intérêt et sa prise en compte des problèmes d’environnement, je pense à sa conception du fonctionnement nouveau de la démocratie) Alors tout çà me parle pour avoir défendu, à l’échelon local bon nombre de ces idées… même si mon cerveau de 62 ans est un peu secoué par la taxe sur les robots, la légalisation du cannabis, le revenu universel qui au demeurant est, il faut le prendre en compte, actuellement testé dans des pays loin d’être des pays connus pour être à l’extrême gauche… ma foi çà peut tenir la route, mais je demande encore à voir, je veux plus de précisions notamment quant aux financements, peut-être aussi quelques amendements.

Mélenchon on sait… On connaît le programme qu’il développe depuis plusieurs années. Je suis notamment très sensible aux propositions nouvelles et intéressantes qu’il fait notamment sur l’économie de la mer et la géopolitique de la méditerranée. Lui aussi passe par une 6ème République et l’idée de restructurer l’exercice de la démocratie pour la sauver des dérives de ces dernières décennies.

Conclusion

Donc pour l’instant je fais comme bon nombre d’électeurs j’observe, j’écoute, j’espère que la campagne va enfin se placer sur le fond.

Ce dont je suis sûre, c’est que tous les candidats sont bien issus du système avec lequel il disent tous être en rupture ; ce que j’observe, c’est qu’ils disent tous s’être appuyés sur les citoyens pour construire leur programme. Je me réjouis donc de voir que cette façon de fonctionner fait son chemin, même si elle est un peu détournée pour l’instant. Effectivement, le fait qu’ils la mettent en avant prouve qu’il va vraiment falloir le faire à un moment et qu’il va bien falloir que ces élus entendent qu’ils ne sont pas hors du monde et qu’ils nous doivent la transparence, et des comptes…

Ce que j’observe encore et qui me réjouis c’est que l’on voit enfin apparaître des jeunes (Hamon, Macron, Vauquiez, etc) politiciens même s’ils sont tous issus de l’establishment, on voit arriver une nouvelle génération. Bon, on cherche encore les femmes !!!!!

Pour finir en ce qui concerne ces réflexions franco-françaises, je pense qu’il ne faut pas laisser la démocratie se faire verrouiller par les media traditionnels. En effet, je suis persuadée que nous avons le choix au premier tour quant à la société que nous voulons pour l’avenir, en toute liberté : À mon sens, le candidat quel qu’il soit, qui sera qualifié pour le deuxième tour, battra Le Pen, certes avec plus ou moins d’écart.

Enfin, Je crois qu’aujourd’hui les choix que nous allons faire sont essentiels pour l’avenir de l’Europe notamment face à Trump, à Poutine, à la montée des extrêmes et des communautarismes. Mais aussi pour les défis géopolitiques, environnementaux, économiques et sociaux que nous avons à gérer.

C’est pour cette raison que je tourne sept fois (au moins, il faudrait le faire plus encore sans doute !) ma langue dans ma bouche et ma plume dans l’encrier avant de m’exprimer, car je crois que nous sommes réellement à un virage que nous avons tout intérêt à bien négocier et dont nous avons tous à débattre ensemble, nous les citoyens.

Évelyne Coursol – 13 mars 2017