Conseil municipal

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
La Provence 23 juin 2018

    Difficile de résumer en quelques lignes un conseil de près de 3h,
    ci-après quelques précisions d’un élu de l’opposition.

  • Sur le compte administratif 2017, si la situation reste globalement saine, (la majorité en place a hérité d’une situation très favorable), il faut toutefois souligner que l’autofinancement (c’est à dire la capacité à dégager des marges sur le fonctionnement pour financer des investissements) diminue. Cette tendance pourrait s’accélérer avec les nouveaux équipements mis en service récemment (ex : le nouveau centre aéré) et ceux en prévision, en particulier le pôle culturel dont le coût de fonctionnement ne semble pas à ce jour totalement consolidé. Nous restons vigilants sur certaines dépenses qui à notre sens relèvent plus de la communication et de l’entretien d’une image que du service public, en particulier nous constatons encore cette année une augmentation des dépenses de réception et de cérémonie de près de 50%.
  • Sur le choix du maitre d’œuvre pour le pôle culturel, nous n’avons pas souhaité participer au vote dans la mesure où ce n’est pas le choix du cabinet que nous contestons (nous avons d’ailleurs participé au jury et validé le choix proposé) mais le projet en lui-même dans sa localisation et surtout son dimensionnement en termes d’investissement et de fonctionnement. Sur ce dernier point nous considérons que les estimations faites sont largement sous évaluées.
  • Un point de discussion également sur la gratuité de la bibliothèque. Nous avons voté « pour » car apparemment les dépenses sont supérieures aux recettes et il faut rester pragmatique mais sur le fond nous considérons qu’effectivement si la culture doit être accessible à tous, ce n’est pas les 5€ annuels (avec d’ailleurs un nombre important d’exonérations) qui sont un frein (surtout à Venelles) et que symboliquement faire participer les utilisateurs c’est à la fois leur faire prendre conscience qu’il y a des frais de fonctionnement (rien n’est gratuit) et les responsabiliser sur la gestion des ouvrages empruntés.
  • Dernier point le plus délicat concernait les subventions exceptionnelles aux associations que nous avons toutes votées sauf une.