Le tracking dans le monde

Encore un mois, je ne sais plus où en en est… mais une nouvelle journée commence :

– Whatsapp les messages de la nuit, la famille surtout, des nouvelles du Wisconsin, il neige, de Bruxelles, Nat fait la cuisine une pizza très appétissante et Paris est muet… un lien vers Je Gif ma vie D’eje (EJE = Educatrice de Jeunes Enfants) et une vidéo un peu longue, 10 minutes, Petit Corona discute avec son papa, je la regarderai plus tard… ou pas. Je termine par le groupe tennis, nous sommes une dizaine, la plupart au dessus de 70 et plus, on échange des nouvelles et des blagues, ça fait passer le temps.

– Consultation des mails ce matin rien d’intéressant, même pas de spam.

– 15 minutes : Je joue à Cendrillon, nettoyer et recharger le poêle, approvisionner en bois.

– 15 minutes : Vérification de l’état de la piscine, elle était verte hier… ce matin elle est toujours verte !

– 60 minutes pour prendre connaissance des dernières nouvelles sur Internet grâce à Netvibes, en quelques minutes je peux faire un tri parmi une cinquantaine de sites et choisir ce que je vais lire… ce matin on parle beaucoup du tracking.

Je passe un moment sur LeBrief de Next Inpact et plus particulièrement sur le premier article Covid-19 : une pandémie de « solutionnisme technologique » dont voici quelques extraits :

  • La ville de Recife, l’une des plus petites régions métropolitaines du Brésil, suit les emplacements de 700 000 personnes grâce à leurs smartphones. « Nous avons une visibilité sur certains comportements qui ne pouvaient pas être capturés par d’autres technologies. Par exemple, si une personne quitte sa maison, nous pouvons le détecter en quelques secondes », a déclaré le PDG de l’une des startups brésiliennes travaillant en collaboration avec les gouvernements.
  • À Dubaï, les caméras généralement utilisées pour capturer les automobilistes à grande vitesse analyseront désormais les plaques d’immatriculation des conducteurs et détermineront si elles sont considérées comme des travailleurs essentiels. Le système suivrait prétendument les conducteurs tout au long de leur trajet et saura si l’itinéraire qu’ils empruntent correspond à leur travail.
  • Ceux mis en quarantaine à Hong Kong doivent porter des bracelets électroniques qui suivent leur emplacement. Les bracelets sont distribués à l’aéroport et doivent être jumelés avec le smartphone de la personne. Une fois la personne arrivée à son domicile, on lui donne une minute pour se promener dans son appartement histoire de calibrer le bracelet et l’application qui l’accompagne.
  • En Russie, dans la région de Nizhny Novgorod, les citoyens téléchargent une application qui génère un code QR unique et chronométré qui leur permet de sortir pendant trois heures pour faire l’épicerie, une heure pour promener un chien ou 30 minutes pour sortir les poubelles.
  • Des cas confirmés de coronavirus sont suivis en Corée du Sud par l’analyse de leurs achats par cartes bancaires, du suivi de la localisation de leurs téléphones et des séquences de vidéosurveillance, probablement analysés par des algorithmes de reconnaissance faciale, pour vérifier si elles portaient bien un masque.
  • Source One Zero Medium : We Mapped How the Coronavirus Is Driving New Surveillance Programs Around the World. At least 28 countries are ramping up surveillance to combat the coronavirus. Nous avons cartographié comment le coronavirus conduit de nouveaux programmes de surveillance dans le monde. Au moins 28 pays intensifient la surveillance pour lutter contre le coronavirus.

Il est 10h30, je fais le tour du jardin, je caresse le chat, je retourne voir la piscine, toujours verte, je suis fatigué, je prends la tablette et je fais quelques Sudoku… c’est le moment de me reposer un peu… la journée sera longue.